10 000 logements

Contexte

Le taux d’urbanisation au Burkina Faso est estimé aujourd’hui à 20 %. Dans les centres urbains, le problème de logement se pose avec acuité, surtout pour les ménages à revenus modestes. Non éligibles aux crédits immobiliers des banques commerciales, ces ménages rencontrent des difficultés à se construire un logement.
Par ailleurs, des études menées auprès des services compétents du Ministère de la fonction publique et de la réforme de l’Etat ont révélé à la date du 20/12/2006 que 54 167 salariés de l’Etat et 102 340 employés du secteur privé ont moins de 15 ans de service. Bien faible est le pourcentage de ceux d’entre eux qui ont pu se construire un logement. La demande en logement est en hausse permanente. Pour les deux principales villes, à savoir Ouagadougou et Bobo Dioulasso, les besoins sont estimés respectivement à 8000 et 6000 logements par an. Cette situation a entraîné une extension incontrôlée de l’habitat spontané, généralement à la base de nombreux maux tels que la promiscuité, l’insalubrité, la surpopulation, etc.
Cet état de fait, qui préoccupe le sommet de l’Etat, a suscité, dans le Programme quinquennal du chef de l’Etat à son axe 3, un accent particulier sur la construction de logements sociaux. Le jeune Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme qui entend jouer pleinement sa partition dans « le progrès continu pour une société d’espérance » concrétise la volonté du chef de l’Etat à travers un vaste programme de construction de logements sociaux.
Le logement social est un logement économique dont la construction est subventionnée par l’Etat, afin de le rendre accessible aux personnes à revenus modestes.

Objectifs

Le Programme logements sociaux est un programme pluriannuel conçu sur le court, moyen et long terme. Il devrait, à terme, offrir aux populations, à un coût réduit, 10 000 logements décents. C’est donc une production de logements à grande échelle qui vise, à long terme, à maîtriser la problématique du logement aussi bien dans les centres urbains que ruraux.
La première tranche de ce vaste programme comprend au total 154 logements dont 144 en matériaux normés et 10 en matériaux locaux. Il convient de souligner que ce lot de 10 unités de logements en matériaux locaux constitue un test dont les résultats permettront dévaluer la rentabilité économique, le confort thermique et les écarts de coût afin de mieux répondre à la demande de logement en constante augmentation. 

Financement du Programme

Né d’une volonté politique d’offrir des logements décents aux personnes de toutes catégories socioprofessionnelles, le Programme logements sociaux est entièrement financé par l’Etat. La première tranche, d’un coût global de 1 024 000 000 FCFA est financée à hauteur de 75 % par la Banque de l’Habitat du Burkina (BHBF) et 25 % par le Centre de Gestion des Cités (CEGECI). (Tous les deux sont des structures de l’Etat.)
Attributions de villas
Les attributions des villas construites, dans le cadre de ce programme, se feront en toute transparence. Un tirage au sort sera organisé et auquel devront souscrire les éventuels demandeurs répondant aux critères suivant :
•    Ne pas être propriétaire d’une parcelle ou d’un logement;
•    Avoir un compte à la BHBF;
•    Avoir un revenu inférieur à 100 000 Fcfa;
•    Avoir moins de 15 ans de service.

Ce mode d’attribution, par tire au sort, vise à donner à tous les postulants la même chance.
En temps opportun, les conditions du tirage seront portées à la connaissance du grand public.